The Independent Assessment of Nuclear Developments in the World

Home > News > WNISR in the Media > Le Figaro (France) : La Russie construit des centrales jusqu’au (...)

Le Figaro (France) : La Russie construit des centrales jusqu’au Soudan

Saturday 23 December 2017

La Russie construit des centrales jusqu’au Soudan

Après la Turquie et l’Égypte, Moscou prévoit la construction d’une centrale dans le pays africain.

Le Figaro 23 Dec 2017

Fabrice Nodé-Langlois @Fnodelanglois

ÉNERGIE L’annonce semble incongrue : le géant public russe Rosatom a signé un accord pour construire une centrale nucléaire au Soudan. Ce pays dont deux habitants sur trois n’ont pas accès à l’électricité se classe au 131e rang en termes de richesse par habitant selon la Banque mondiale et se situe dans une région politiquement instable. Rosatom prévoit d’y mener une étude de faisabilité sur les sites possibles, la technologie et le financement.

L’accord rendu public vendredi fait suite à une rencontre à Sotchi, sur les bords de la mer Noire, le 23 novembre dernier, entre Vladimir Poutine et le président soudanais, Omar el-Béchir. Ce dernier est poursuivi depuis huit ans par la Cour pénale internationale pour génocide, crimes contre l’humanité et crimes de guerre dans la province du Darfour. La Russie de Poutine déploie « une diplomatie nucléaire particulièrement dynamique », souligne un spécialiste de l’atome. Pas plus tard que le 11 décembre, le président russe était au Caire pour assister, aux côtés de son homologue égyptien Abdel Fattah al-Sissi, à la signature du contrat final portant sur la construction de la première centrale atomique du pays. Le site de Dabaa, sur les bords de la Méditerranée, doit accueillir quatre réacteurs de 1 200 mégawatts (MW) dont le premier prévu pour démarrer dès 2026. Le montant du contrat, 30 milliards de dollars, est « un record dans l’histoire de l’industrie nucléaire », s’est félicité Alexeï Likhatchev, le directeur général de Rosatom.

Les projets russes en Turquie sont plus avancés. Le 10 décembre s’est déroulée une cérémonie de démarrage de chantier pour le premier réacteur (sur quatre) de la future centrale d’Akkuyu, dans la région touristique d’Antalya.

Le constructeur russe revendique, sur son site Internet, pas moins de 34 chantiers ou projets à l’étranger. La liste comporte toutefois un réacteur en Slovaquie libellé « en construction » depuis plus de trente ans, nuance le consultant Mycle Schneider dans son bilan annuel « World Nuclear Industry Status Report 2017 ».

Paquet « tout inclus »

Cet expert indépendant cite aussi l’exemple du Bangladesh, qui, en 2011, était prêt à signer un accord pour la livraison de deux réacteurs russes dès 2017-2018 pour une somme, raisonnable dans ce domaine, comprise entre 1,5 et 2 milliards de dollars. Depuis, écrit Mycle Schneider, « le démarrage du chantier n’a cessé d’être reporté et les coûts estimés ont augmenté ».

Les États qui rêvent d’entrer dans le club des puissances nucléaires ont tendance à sous-estimer le parcours du combattant pour y être admis. Partir de zéro dans un pays dépourvu d’ingénieurs nucléaires est un redoutable défi. Mais pour ces aspirants, la démarche russe est séduisante. « Rosatom vend un paquet tout inclus», souligne un autre expert. L’offre peut comprendre, en plus de la conception et de la construction, le pilotage et la maintenance de la centrale pendant dix ans - c’est le cas dans le contrat égyptien. Et même la supervision de la sûreté par l’autorité russe, Rostechnadzor. « Ce serait impensable en France en raison de l’indépendance de l’Autorité de sûreté nucléaire (ASN) », poursuit l’expert.

Surtout, le géant russe, adossé à la puissance du Kremlin, propose des solutions de financement à ses clients.

Compte tenu de la complexité de la technologie, des montants financiers en jeu et des durées engagées (70 à 80 ans dans le contrat égyptien, de la construction au démantèlement), un État fournisseur de centrales peut exercer une influence considérable sur un pays qui veut accéder au Graal atomique. L’Union soviétique l’avait compris en bâtissant des réacteurs dans ses satellites. Vladimir Poutine poursuit cette politique, avec plus de succès actuellement que cette autre puissance nucléaire qu’est la France.

More...

What They Say…

“The Report sets forth in painstaking detail the actual experience and achievements of nuclear energy around the world.”

Peter A. Bradford

Former commissioner
U.S. Nuclear Regulatory Commission (NRC)
(in his foreword to the 2013 report)
“A vital public service... Uniquely independent, thorough, and timely assessment."

Amory B. Lovins

Chairman, Rocky Mountain Institute
USA
“This annual publication has over 20 years evolved into the most reliable, strikingly original, comprehensive and penetrating assessment of the global nuclear industry.”

Praful Bidwai

Financial Chronicle
Delhi, India
"Amid the hype and PR, the smoke and mirrors, of the 'nuclear renaissance', the Status Report offers a hard-edged reality check."

Walt Patterson

Associate Fellow Chatham House
London, UK
“Fantastic piece of work. Must reading for any observer of nuclear energy."

Henri Sokolski

Executive Director Nonproliferation Policy Education Center
Washington DC, USA
“Reliable research based on cold, hard facts, unlike the hype and amnesia of industry sources.”

Scott Ludlam

Senator
Australia
“Félicitations pour la dernière édition du WNISR. Formidable comme d'habitude!”

Fulcieri Maltini

International Consultant Former Director of the Nuclear Safety Account, EBRD
Italy/France
“Thought-provoking as usual.”

Will Dalrymple

Editor Nuclear Engineering International
UK
"The authoritative report on the status of nuclear power plants worldwide is the World Nuclear Industry Status Report."

USAID

Bangkok, Thailand
“Such an illuminating report.”

Sam Geall

Deputy Editor China Dialogue
London, UK
"An astounding collection of facts and figures, a myth-busting international overview… An eye-opening piece of work!"

R. Andreas Krämer

Chairman Ecologic Institute
Berlin, Germany
“I really appreciate you letting us excerpt your report! It’s incredibly well researched and comprehensive, so thank you!”

Stuart Luman

Associate Editor Bulletin of the Atomic Scientists
USA