The Independent Assessment of Nuclear Developments in the World

Home > News > WNISR in the Media > Le Dauphiné Libéré (France) : Le nucléaire a du plomb dans l’atome

Le Dauphiné Libéré (France) : Le nucléaire a du plomb dans l’atome

Monday 5 February 2018

Le nucléaire a du plomb dans l’atome

L’année 2018 s’annonce comme une année clef dans la politique nucléaire française. Climat, concurrence, technologie, et coût ne jouent pas en sa faveur.

Le Dauphiné Libéré

Par Frédérick MACÉ | Publié le 05/02/2018 à 06:03

Comment va se répartir le mix électrique français ? Quels seront les arbitrages entre l’électricité d’origine nucléaire et celle issues des énergies renouvelables ? Cesont les questions cruciales à laquelle le gouvernement devra répondre dans sa Programmation pluriannuelle de l’énergie 2019-2023 attendue pour la fin de l’année.

Le gouvernement a dû reculer sur l’objectif de ramener d’ici 2025 la part du nucléaire dans la production électrique de 75 % actuellement à 50 %, pourtant inscrit dans la loi de transition énergétique de 2015. L’horizon est encore flou et se situe entre 2030 et 2035.

12 milliards de pertes pour Areva

L’autre enjeu est la mutation du marché de l’électricité dans le monde où le nucléaire n’a plus la cote. « Le modèle économique des énergies renouvelables devient plus compétitif. Et donc inversement, il faudra se poser la question de la compétitivité de l’électricité issue de l’atome », indique Sébastien Lecornu, secrétaire d’État à la Transition écologique, en déplacement vendredi sur le chantier de l’EPR de Flamanville (Manche).

Un projet de réacteur de troisième génération qui multiplie les déboires, en France et à l’étranger, et illustre bien les difficultés structurelles de l’industrie nucléaire. « Il n’y a pas d’avenir industriel pour l’EPR parce qu’il n’y a pas de marché pour ce type de machine. Trop grande, trop chère et, surtout, trop lente à mettre en route », estime Mycle Schneider, auteur du World nuclear industry status report 2017 (1).

Est-ce un hasard si Areva (2) a accumulé 12 milliards de pertes en 5 ans, obligeant l’État, début 2017, à renflouer l’entreprise avec 5 milliards d’euros d’argent public ?

Comme dans d’autres secteurs économiques, le modèle des grosses unités de production qui nécessitent des transports d’énergie sur des centaines de kilomètres pour être distribué aux usagers est largement remis en cause. S’y substitue une logique de maillage du territoire en unités plus restreintes, moins coûteuses, opérationnelles rapidement. Les énergies renouvelables y sont privilégiées. Car quand le coût du nucléaire progresse, ceux de l’éolien et du solaire ont fortement baissé ces dernières années. Et pendant que la France prend de plus en plus de retard sur ces nouvelles énergies, le mouvement s’accélère ailleurs. « Le Brésil, la Chine, l’Allemagne, l’Inde, le Japon, le Mexique, les Pays-Bas, l’Espagne et le Royaume-Uni produisent tous plus d’électricité d’origine renouvelable que nucléaire », souligne Mycle Schneider.

48 réacteurs ont plus de 30 ans

Autre gros écueil pour le nucléaire : l’âge du capitaine. Le parc des 58 réacteurs nucléaires français est vieillissant (48 d’entre eux ont plus de 30 ans). Incidents et défauts techniques, notamment des fissures dans les cuves (lire par ailleurs) se multiplient et ont obligé l’arrêt d’une dizaine de réacteurs l’hiver dernier. « La question de la prolongation des réacteurs au-delà de quarante ans se pose de manière accrue », souligne Barabara Pompili, députée LREM à l’origine de l’ouverture d’une commission d’enquête parlementaire, la semaine dernière, sur la sûreté des installations nucléaires, y compris vis-à-vis du terrorisme, une question là aussi où le flou demeure.

EDF a indiqué ne pas souhaiter arrêter d’autres réacteurs nucléaires avant 2029. Pour le moment, seule la fermeture de la centrale de Fessenheim est actée. À une date concomitante à celle du démarrage de l’EPR de Flamanville. « Normalement, en fin d’année, nous aurons des critères très précis pour savoir combien de réacteurs nous allons fermer et à quelle échéance », assure Nicolas Hulot.

(1) Publication annuelle sur l’état de l’industrie nucléaire dans le monde.

(2) Areva a d’ailleurs changé de nom dans l’opération pour devenir Orano et ne conserver que sa seule activité sur le cycle des combustibles (mines d’uranium et retraitement des déchets).

More...

Voir aussi :

• Les Dernières Nouvelles d’Alsace (France), "Le nucléaire a du plomb dans l’atome", 5 février 2018

• L’Est Républicain (France), "Le nucléaire a du plomb dans l’atome", 5 février 2018

• L’Alsace (France), "Le nucléaire a du plomb dans l’atome", 5 février 2018

What They Say…

“The Report sets forth in painstaking detail the actual experience and achievements of nuclear energy around the world.”

Peter A. Bradford

Former commissioner
U.S. Nuclear Regulatory Commission (NRC)
(in his foreword to the 2013 report)
“A vital public service... Uniquely independent, thorough, and timely assessment."

Amory B. Lovins

Chairman, Rocky Mountain Institute
USA
“This annual publication has over 20 years evolved into the most reliable, strikingly original, comprehensive and penetrating assessment of the global nuclear industry.”

Praful Bidwai

Financial Chronicle
Delhi, India
"Amid the hype and PR, the smoke and mirrors, of the 'nuclear renaissance', the Status Report offers a hard-edged reality check."

Walt Patterson

Associate Fellow Chatham House
London, UK
“Fantastic piece of work. Must reading for any observer of nuclear energy."

Henri Sokolski

Executive Director Nonproliferation Policy Education Center
Washington DC, USA
“Reliable research based on cold, hard facts, unlike the hype and amnesia of industry sources.”

Scott Ludlam

Senator
Australia
“Félicitations pour la dernière édition du WNISR. Formidable comme d'habitude!”

Fulcieri Maltini

International Consultant Former Director of the Nuclear Safety Account, EBRD
Italy/France
“Thought-provoking as usual.”

Will Dalrymple

Editor Nuclear Engineering International
UK
"The authoritative report on the status of nuclear power plants worldwide is the World Nuclear Industry Status Report."

USAID

Bangkok, Thailand
“Such an illuminating report.”

Sam Geall

Deputy Editor China Dialogue
London, UK
"An astounding collection of facts and figures, a myth-busting international overview… An eye-opening piece of work!"

R. Andreas Krämer

Chairman Ecologic Institute
Berlin, Germany
“I really appreciate you letting us excerpt your report! It’s incredibly well researched and comprehensive, so thank you!”

Stuart Luman

Associate Editor Bulletin of the Atomic Scientists
USA