The Independent Assessment of Nuclear Developments in the World

Home > News > WNISR in the Media > L’Usine Nouvelle (France) : Moins compétitif, le nucléaire baisserait de 10% (...)

L’Usine Nouvelle (France) : Moins compétitif, le nucléaire baisserait de 10% dans le monde d’ici à 2030

Thursday 1 November 2018

Moins compétitif, le nucléaire baisserait de 10% dans le monde d’ici à 2030

Les capacités de production électronucléaire pourraient baisser de 10% d’ici à 2030, prévient une étude de l’AIEA. Elle corrobore l’analyse du World Nuclear Industry Status Report 2018, qui comptabilise les ouvertures, fermetures et constructions de centrales nucléaires.

L’Usine Nouvelle, 13 septembre 2018

Aurélie Barbaux

Même si l’auteur du World Nuclear Industry Status Report (WNISR), Mikle Schneider, est ouvertement pour la sortie du nucléaire, ses comptages des ouvertures, fermetures et mises en construction de centrales nucléaires peuvent difficilement être discutés. Ses comparaisons entre les investissements consentis pour la construction de nouvelles capacités de production d’électricité dans le monde entre nucléaire et renouvelable, non plus.

Dans l’édition 2018 du WNISR, il constate que les centrales nucléaires ont apporté en tout 7 gigawatts (GW) de nouvelles capacités aux réseaux électriques dans le monde en 2017 et au premier semestre 2018. Soit moins de 3% de toutes les nouvelles sources d’électricité, estimé à environ 257 GW (net) en 2017, dont 157 GW pour les seules énergies renouvelables.

Sur les dix-huit derniers mois, six réacteurs ont été mis en service en Chine, deux en Russie et un au Pakistan. La production d’électricité nucléaire a cru de 1%, grâce à la Chine, contre 35% pour le solaire et 17% pour l’éolien. Pour la troisième année consécutive, la production nucléaire mondiale hors Chine était en baisse en 2017. Le nombre de réacteurs en construction est lui aussi en baisse, pour la cinquième année consécutive, passant de 68 réacteurs à la fin 2013 à 50 à la fin du premier semestre 2018, dont 16 en Chine. Et au moins deux tiers des constructions de réacteurs subissent des retards, dont la moitié des réacteurs chinois. Un quart seulement des 16 réacteurs dont le démarrage était prévu en 2017 en début d’année ont été effectivement couplés au réseau.

TROIS PRESSIONS CONJUGUÉES

L’Agence internationale de l’énergie atomique, basée à Vienne, fait elle aussi le constat de la contraction du nucléaire dans le monde et en analyse les causes. Dans une nouvelle étude, publiée le 10 septembre, elle anticipe que la capacité nucléaire mondiale pourrait baisser de 10 % d’ici 2030, sous la pression conjuguée du faible prix du gaz, de la poussée des énergies renouvelables et des politiques de sorties du nucléaire post Fukushima. "Cette industrie fait face à une baisse de compétitivité", observe l’AIEA. L’industrie du nucléaire doit en effet faire face à l’augmentation des délais et des coûts de construction en raison des exigences de sûreté accrues et des difficultés rencontrées dans le déploiement des technologies avancées de type EPR, explique l’étude.

Mais le pire n’est pas sûr. Malgré les fermetures annoncées, l’AIEA prévoit toujours une augmentation de capacité mondiale installée, qui pourrait aller jusqu’à 30% pour atteindre 511 GW, dans son scénario haut. C’est néanmoins 45 GW de moins que ses précisons de 2017. Dans le monde, 455 réacteurs, représentant une capacité de 399,8 GW, sont en activité. Ils ont fourni environ 10 % de l’électricité mondiale en 2017.

More...

What They Say…

“The Report sets forth in painstaking detail the actual experience and achievements of nuclear energy around the world.”

Peter A. Bradford

Former commissioner
U.S. Nuclear Regulatory Commission (NRC)
(in his foreword to the 2013 report)
“A vital public service... Uniquely independent, thorough, and timely assessment."

Amory B. Lovins

Chairman, Rocky Mountain Institute
USA
“This annual publication has over 20 years evolved into the most reliable, strikingly original, comprehensive and penetrating assessment of the global nuclear industry.”

Praful Bidwai

Financial Chronicle
Delhi, India
"Amid the hype and PR, the smoke and mirrors, of the 'nuclear renaissance', the Status Report offers a hard-edged reality check."

Walt Patterson

Associate Fellow Chatham House
London, UK
“Fantastic piece of work. Must reading for any observer of nuclear energy."

Henri Sokolski

Executive Director Nonproliferation Policy Education Center
Washington DC, USA
“Reliable research based on cold, hard facts, unlike the hype and amnesia of industry sources.”

Scott Ludlam

Senator
Australia
“Félicitations pour la dernière édition du WNISR. Formidable comme d'habitude!”

Fulcieri Maltini

International Consultant Former Director of the Nuclear Safety Account, EBRD
Italy/France
“Thought-provoking as usual.”

Will Dalrymple

Editor Nuclear Engineering International
UK
"The authoritative report on the status of nuclear power plants worldwide is the World Nuclear Industry Status Report."

USAID

Bangkok, Thailand
“Such an illuminating report.”

Sam Geall

Deputy Editor China Dialogue
London, UK
"An astounding collection of facts and figures, a myth-busting international overview… An eye-opening piece of work!"

R. Andreas Krämer

Chairman Ecologic Institute
Berlin, Germany
“I really appreciate you letting us excerpt your report! It’s incredibly well researched and comprehensive, so thank you!”

Stuart Luman

Associate Editor Bulletin of the Atomic Scientists
USA